5 leçons à connaître par cœur pour développer ton business

 

Dans cet article, j’avais envie de te faire une liste des 5 leçons que je répète le plus souvent pendant mes accompagnements.

Si tu me suis depuis un moment, tu dois savoir que dès que je peux te faire gagner du temps en te donnant des conseils pratico-pratiques, je suis au taquet ! #pasletempspourlebullshit

Donc, sans tarder, voici ce que tu dois savoir (et intégrer) pour gagner un temps précieux et développer ton business sur des bases saines !

 

1. “Celui qui a peur c’est celui qui ne sait pas.”

C’est vrai, l’inconnu ça fait peur. Parce que c’est incertain. Parce que ça demande souvent de sortir de sa zone de confort. Parce que ça pointe du doigt toutes nos insécurités (« Et si ce n’était pas la bonne offre ? Et si ce n’était pas le bon moment ? Et si ce n’était pas le bon prix ? Et si je n’étais pas à la hauteur ? Et si je n’arrivais pas à générer du chiffre d’affaires ? Etc.). Bref. Un peu comme pour les films d’horreur qui jouent sur ce qui se cache dans le noir et qui du coup sollicite l’imaginaire de chacun, l’inconnu fait souvent peur aux entrepreneurs.

Ce que j’ai envie de te dire ici c’est que si tu as peur d’échouer, il y a de très fortes chances que ce soit parce que tu n’as pas posé de bases solides à ton business. Et c’est une bonne nouvelle (si si je te jure) parce que ça, c’est quelque chose que tu peux contrôler. Tu as le pouvoir d’agir ! 💪

Eh oui, parce que si tu sais ce que tu fais, pourquoi tu le fais, pour qui tu le fais et comment tu vas le mettre en place, crois-moi, ça change tout !! Alors bien sûr, il y aura toujours une petite part d’inconnu qui créera le frisson du lancement. Mais si tu as bien posé les bases de ton entreprise, la peur ne devrait pas être un frein à ton développement.

Et si à la lecture de ces lignes, tu sens que la peur qui t’habite, ça vient sûrement du fait que tu as sauté des étapes lors de la définition de ton business et que tu ferais bien de cliquer ici :

2. “Le plus important c’est de se spécialiser.”

Se spécialiser c’est se faire identifier. CQFD.

Je ne sais même plus combien de fois j’ai dit ça à mes accompagnés mais je vais le redire ici une bonne fois pour toutes : « À force de vouloir parler à tout le monde, tu ne parles à personne. »

Tes prospects ont besoin de se dire « Ah ça c’est exactement ce dont j’avais besoin ». Et ça, ça n’est pas possible si tu vises les femmes, les retraités, les entrepreneurs, les mamans, les CEO et les freelances en même temps. Parce qu’ils n’ont pas les mêmes besoins et parce qu’on ne peut pas leur parler à tous de la même manière. Et que tu ne seras probablement le seul sur ton marché. Donc ton audience a besoin de se dire « j’ai tel besoin donc c’est à X que je vais faire appel ».

Alors bien sûr je ne te dis pas de commencer ton activité obligatoirement avec une cible extrêmement précise et nichée (mais si tu l’as, tant mieux !) parce qu’il va certainement falloir que tu testes et que tu fasses des réajustements au fur et à mesure. Mais je te conseille vivement de définir un persona ou deux et de faire en sorte d’adapter tes offres, ton discours et ton identité à ces profils. Sans quoi, tu risques fort de te mettre des bâtons dans les roues toi-même pour trouver des clients et crois-moi, il y en aura déjà assez sur ta route pour que tu t’en rajoutes !

 

3. “Tu ne peux pas penser à la place des autres.”

Ce troisième point fait directement écho à la leçon précédente. Ne pars JAMAIS en te disant que « tu sais ce que tes clients veulent ». C’est faux. Ou a minima partiellement vrai.

Si tu es toujours persuadé du contraire à l’heure où tu lis ces lignes, autant te le dire maintenant, il y a de très fortes chances que tu te diriges vers la mort de ton entreprise. C’est aussi simple que ça.

Et ça, c’est vrai tout au long de la vie de ton entreprise. La clé, selon moi, pour que ton business dure, c’est de te rappeler cette leçon aussi souvent que possible et de prendre le temps de faire des points. De questionner tes clients. De revoir tes offres pour les améliorer et faire en sorte qu’elles soient le plus possible adaptées à la réalité de ton audience.

Par exemple, si tu proposes des formations pour démarrer une communication sur Instagram, tu dois t’informer sur les mises à jour et les intégrer dans tes offres. Parce que des formations sur des fonctionnalités qui n’existent plus, ça n’intéressera personne. 

Et c’est valable peu importe ton secteur. Tu évolues. Ton expertise évolue. Ta connaissance de tes clients évolue. Il faut toujours rester à l’écoute des besoins de tes clients pour créer les offres de services les plus pertinentes possibles et donc créer le coup de cœur chez ton audience. Parce que sans clients, pas de chiffre d’affaires. Et sans chiffre d’affaires, pas d’entreprise. Tu me suis ? 🔃

 

4. “Pour réussir, il faut déjà déterminer ce qu’est la réussite.”

La vérité c’est que le mot « réussite » est un mot très subjectif. Ce que la réussite signifie pour moi ne sera probablement pas ce que ça signifie pour toi. Et c’est tant mieux ! Mais du coup est-ce que toi tu as déjà pris un moment pour vraiment te demander ce que ça veut dire pour toi « réussir » ? Sans vouloir faire comme tous ces comptes que tu suis sur les réseaux sociaux je veux dire, hein… 😉

Il n’y a pas qu’une façon d’entreprendre pour atteindre TES objectifs et ça aussi c’était important pour moi de te le rappeler pour faire retomber un peu la pression.

Par contre, ce qui est sûr, c’est que toute réussite demande travail (coucou les vendeurs de rêve 👋) et demande aussi de mettre en place des services clairs (Cf le point 3) et des objectifs à atteindre.

 

5. “L’action est la clé de la réussite.”

On arrive maintenant au dernier rappel que je voulais faire dans cet article. Et oui, je dis rappel parce que c’est vraiment un mantra que je répète hyper régulièrement sur tous mes réseaux. J’en suis convaincue : il n’y a qu’en forgeant qu’on devient forgeron. Si tu ne mets rien en place pour que ton entreprise se développe, alors tu ne peux pas te plaindre du fait qu’elle ne se développe pas.

Je sais que ça paraît bête à dire comme ça, mais le noooooombre d’entrepreneurs que je vois décider de se lancer et… c’est tout. Ce n’est pas juste en voulant réussir que tu vas réussir. C’est bien de « manifester » hein, mais il ne faut pas oublier de se retrousser les manches à un moment et de mettre les mains dans le cambouis pour que des choses se passent.

D’ailleurs sache qu’en accompagnement j’ai souvent des personnes qui ont déjà au moins une année d’activité au compteur car c’est en forgeant qu’ils ont vu avec le recul qu’ils ont mal forgé et ça nous permet de nous appuyer sur des bases déjà existantes pour les retravailler.

 

Voilà les 5 leçons business que je voulais te partager. Je te propose de les noter quelque part et de faire un point régulièrement afin de voir si tu les respectes bien. Promis, si tu les appliques vraiment, tu mets toutes les chances de ton côté pour développer sereinement ton entreprise.

Et comme j’aime le dire : « Entreprenez sereinement, faites ce que vous aimez et faites-le bien 💛. »